La route du Tichka

Accès à Telouet

Mis à jour : vendredi 3 janvier 2014 14:03
1925. Guide Bleu. Tichka Nord.
3ème édition

En 1925, la piste du Tizi n’Tichka n’existait pas encore, il n'y avait qu'une piste muletière signalée pour le col de Telouet et le Dar Khalifat el Glaoui.
Le_Sud_Guide_Bleu_1925
Le Guide Bleu proposait une excursion touristique : Telouet et pays Glaoua.

Comme référence bibliographique le guide signalait un seul ouvrage, celui du docteur P. Chatinières : Dans le Grand Atlas Marocain, édité chez Plon en 1919.
Un important chapitre de recommandations présentait le programme :
Le printemps (mi-avril à mi-juin) semble être la meilleure époque des excusions. Cependant, on fera bien de se renseigner à Marrakech sur l’état des voies de communication en montagne. D’une façon générale on peut aborder le pied des monts en automobile. Après quoi on utilisera des montures. Celles-ci devront être louées à Marrakech, car on n’en saurait trouver dans la montagne. Elles y prendront les gros bagages. Autant le camping est agréable par beau temps, autant il est impraticable en temps de pluie et de neige; l’on se trouve alors dans l’obligation de coucher chez l’habitant (caïd ou cheikh) et de se munir de très chauds vêtements et couvertures; des paillasses sont même très utiles.
Il est indispensable d’emporter toutes les provisions nécessaires aux bêtes et aux gens. Si parfois l’on est hébergé, on pourra offrir celles que l’on devait consommer, sans préjudice du “fabor” moralement dû aux gens de l’hôte, et qui variera avec l’importance du dérangement et le nombre des voyageurs : l’hospitalité traditionnelle a de trop beaux mouvements pour n’être pas justement récompensée; elle deviendrait vite une charge excessive sans cela. Évitons des surprises désagréables à ceux qui nous suivront; agissons comme nous voudrions que d’autres, qui nous auraient précédé, aient agi avant nous.
Pour les excursions à grande distance, demander aux Services des renseignements un permis de circulation qui est volontiers délivré dès que la situation politique le permet.
Recommandation importante : Ne pas aller en montagne sans un avis favorable du Bureau régional des Renseignements (1)
.”
(1) Bureau régional des Renseignements qui deviendra par la suite Bureau des Affaires Indigènes (A.I.).
Excursion à Telouet, en pays Glaoua

116 km environ; piste auto-cyclable jusqu’à Sidi Rehal et muletière sur le reste du parcours qu’on effectue en deux dures étapes (coucher à Zerektene).
1 - Marrakech à Tazert (65 km).
Piste carrossable par beau temps.
La région est d’abord couverte de jardins et de riches cultures.
12 k. El Boggara, douar.
16 k. Oued Djidji et Sidi Embarek.
18 k. Oued mellah.
32 k. Oued Iminzat.
33 k. Souk Et Tléta des Mesfioua, marché du mardi, sur l’oued Iminzat, dont l’eau est légèrement salée.
A 1 k. E., Dar Kaïd El Madani.
41 k. Azib Tikrizrit.
42,2 k. La piste rejoint une grande piste venant de Marrakech.
44 k. Citerne.
45,5 k. Oued Iminoufou, généralement à sec.
48 k. Citerne à la limite des territoires Rehamma, Touggana et Zemrane.
51,6. k. Gué de l’oued Massine.
54 k. Nombreuses maisons des Haraoua.
56 k. Oued Rdat, l’un des cours d’eau de l’enfer, disent les autochtones, parce qu’autrefois il ravageait tout sur son passage. Ses effets néfastes auraient pris fin à la suite d’une prière faite par Sidi Rehal.

58 k. Sidi Rehal, groupe de trois agglomérations de gourbis et de huttes cylindro-coniques, comprenant, en outre, la kasbah du caïd et un mellah.
Sidi Rehal aurait vécu au commencement du XVIe s. dans la plus grande pauvreté. La légende rapporte que la légèreté de mœurs des femmes de la zaouïa serait due à un vœu exaucé du saint, mais qui, par suite d’un “lapsus” avait été mal formulé. “Que tous mes fils soient savants et toutes mes filles vertueuses” s’apprêtait-il à dire, tandis qu’il invoqua : “Que tous mes fils soient des voleurs et toutes mes filles des prostituées.
E. Doutté, dans son ouvrage En Tribu, a signalé les nombreuses et curieuses légendes racontées par les indigènes à ce sujet.
La région qui suit est moins riche.
65 k. Tazert, jolie kasbah au débouché de la vallée conduisant chez les Glaoua “petit château fort, à peu près carré, flanqué de quatre tours avec des murs très découpés, très ornementés, percés de meurtrières aux formes originales” (Bouin). La kasbah commande la plaine de Baïdda, irriguée par six dérivations de l’oued Tessaout, couverte de fermes, bien cultivée.

2 - De Tazert à Telouet. (65 km)
Tazert. La piste, très ardue, pénètre dans l’Atlas en remontant la vallée de l’oued Rdat. Elle “court tantôt à flanc de coteau, dominant des ravins très profonds, tantôt au fond des vallonnements”, le plus souvent sur un sol rocailleux ou pavé de dalles.
75 k. Enzel, lourde kasbah en terre rouge à 860 m. d’alt.; marché du jeudi.
80 k. Gantra El Abid, sur l’oued Rdat, restes d’un vieux pont de pierre, dont il ne subsiste que quatre arches.
85 k. Ferme du pacha. Au delà, des séguias se creusent en tunnel dans le roc, à flanc de coteau, et bordent l’oued, avec des prises d’air tous les 5 ou 6 m.
88 k. Aghbalou, kasbah à huit tourelles dominant la vallée, à la sortie des gorges de l’oued Rdat.
92 k. Zerektene, agadir en pisé rose planté au bord d’un torrent, à 1,200 m. d’alt., au confluent des oueds Rdat et Ifradene.

Les maisons “chleuh” sont disposées en gradins, la terrasse de l’une étant au niveau du rez-de-chaussée de la suivante. De l’ensemble des habitants en pisé s’élève une masse rectangulaire flanquée de tours : c’est la tighremt, forteresse en temps de guerre, grenier en temps de paix.
Au moment de la fonte des neiges, les deux torrents qui entraînent avec eux des pierres roulées, font un bruit de tonnerre. - Tamesmout, sur l’oued Tafaa. - Tiloula, à 1,860 m. d’alt.
Le chêne-vert, essence d’abord dominante, se fait plus rare. Le pays devient très aride. La terre végétale disparaît, la piste est extrêmement dure.

Col_de_Telouet
Accès au col de Telouet

112 k. Col de Telouet, à 2,580 m. d’alt. *Panorama grandiose.
Ider. Au voisinage, le ciste constitue presque à lui seul la végétation.
116 k. Telouet, capitale de l’important territoire des Glaoua, située sur le versant S. de l’Atlas à 1,960 m. d'alt., au fond d’une large dépression caillouteuse où coule l’oued Imarene, sur la route du Haouz au Sahara. Le village est entouré de vergers et de cultures.
La merveille de Telouet est le Dar Glaoui, grandiose par sa structure et imposant par sa masse.
En apparence composée de plusieurs kasbahs, sise sur une éminence dominant la vallée, cette construction émerge d’une enceinte de hauts murs. Flanquée à tous les angles de donjons crénelés, elle abrite seigneurs et clients au même titre que le faisaient nos châteaux forts du moyen âge. Elle est la résidence seigneuriale des chefs de la région Glaoua, dont la famille, actuellement établie à Marrakech, collabore activement à l’extension de notre influence dans le Haut-Atlas.

Photos de G. L. Arlaud
extrait de :
HF_Rodier_5
Archives Daniel Rodier
HF_Rodier_1Rodier_2_Tlouet
HF_Rodier_2
HF_Rodier_3
HF_Rodier_4
HF_Rodier_6

Copyright

© 2008-2017 by Jacques Gandini. Tous droits réservés.

Si vous désirez reproduire nos textes ou nos photos, ayez l’amabilité de bien vouloir nous en demander l’autorisation. Dans tous les cas vous aurez obligation d’en indiquer l’origine.

Conception, réalisation, maintenance : Serre Éditeur, 23 rue de Roquebillière - F06359 Nice Cedex 4 (France)

Remerciements

Merci à Madame Balmigère, à Madame Decordier, à Monsieur Lafite, à Madame Kerhuel et à Pierre Katrakazos pour avoir accepté de mettre leurs archives familiales à disposition. Sauf indication contraire, les documents reproduits font partie des archives de l’auteur.