Les pistes

Les pistes en zone d'insécurité

Mis à jour : dimanche 14 août 2011 14:57

Piste_Ouarzazate

Dans les années 30, le Maroc était administrativement divisé en zones de statuts différents, sans parler de la dissidence qui n'avait pas de statut :
- la zone des contrôles civils dans laquelle la sécurité était parfaite et la circulation totale;
- les zones militaires, commandées par des généraux, et qui se divisaient elles-mêmes en deux catégories : zones de “sécurité”, où la paix régnait depuis longtemps et les zones “d'insécurité”, pacifiées à une date plus récente et dont l'accès était interdit sans autorisation des militaires. Dans ces dernières, les restrictions à la circulation étaient sévères et susceptibles de variation avec les changements de la situation politique. En bref, elles constituaient des zones où, sans patronage officiel, il était impossible de se rendre.

Barrire_scurit_copy

Pénétrer en zone d'insécurité exigeait toute une procédure : après avoir obtenu l'autorisation de la région militaire, on se voyait fixer l'itinéraire des pistes à suivre, les heures limites de circulation, les jours où une « sécurité » était prévue (un accompagnement par automitrailleuse pour un convoi de ravitaillement en zone encore « un peu chaude », ou bien une sécurité fixe assurée par des groupes armés installés pour la journée aux points un peu délicats).

On devait faire visite à l'officier des Affaires indigènes, quand on passait devant son poste, pour faire constater que tout allait bien. Les régions en question, par leur frontière commune, longue et perméable, avec la dissidence, constituaient une magnifique aubaine pour le géologue, les militaires et les camions civils qui les ravitaillaient ayant d'autres soucis en tête que des sciences naturelles.

Copyright

© 2008-2017 by Jacques Gandini. Tous droits réservés.

Si vous désirez reproduire nos textes ou nos photos, ayez l’amabilité de bien vouloir nous en demander l’autorisation. Dans tous les cas vous aurez obligation d’en indiquer l’origine.

Conception, réalisation, maintenance : Serre Éditeur, 23 rue de Roquebillière - F06359 Nice Cedex 4 (France)

Remerciements

Merci à Madame Balmigère, à Madame Decordier, à Monsieur Lafite, à Madame Kerhuel et à Pierre Katrakazos pour avoir accepté de mettre leurs archives familiales à disposition. Sauf indication contraire, les documents reproduits font partie des archives de l’auteur.