Communautés juives

Elias Harrus photographe

Mis à jour : dimanche 14 août 2011 16:59

L'effort fourni au cours des années 1940 et 1950 pour ouvrir de nouvelles écoles dans les régions du Sud les plus isolées fut dirigé par Elias Harrus.
Les grands-parents ou arrière-grands-parents de Harrus, ceux là-même qui vivaient à Beni Mellal en 1919, étaient, pense-t-on, originaires de Tinjdad et Tinerhir, au Sud du Haut Atlas.
Il fut éduqué et formé par l'Alliance israélite universelle (AIU), diplômé de son lycée à Casablanca et de son école d'instituteurs à Paris. Habile directeur, capable d'un zèle et d'une énergie sans limites, il facilita l'expansion du réseau des écoles de l'Alliance des montagnes de l'Atlas aux marges sahariennes.
Devenu par la suite responsable de tout le réseau scolaire de l'Alliance au Maroc, il poursuivit ses fréquents voyages afin d'inspecter les progrès des écoles dans les communautes juives les plus reculées, et photographia les villageois juifs et berbères dans leur vie quotidienne.
Aventurier passionné, Harrus couvrit une vaste partie du Maroc profond, allant même au-delà des exigences de son poste, établissant des liens étroits avec les gens de ces régions.
Parce qu'il était originaire de l'Atlas, il partageait les intérêts et les sentiments de ses sujets, les photographiant tels des membres de sa propre famille. Parce qu'il était un photographe autodidacte, que son art était une passion et non une profession, ses photographies, frappantes par leur franchise et leur manque de prétention, reflètent une relation fondée sur la confiance et le respect mutuels.
A travers le regard observateur d'Elias Harrus, on est encore témoin de la dernière période de la vie juive parmi les Berbères du Maroc. La célèbre exposition de ses photographies a ouvert une fenêtre sur un monde qui ne vit plus que dans la mémoire des Berbères et des juifs émigrés.
L'identité culturelle marocaine est demeurée remarquablement forte dans les nombreux pays de cette diaspora. Les photographies et le commentaire de cette exposition illustrent de manière poignante, en même temps qu'elle la rappelle, la façon dont les musulmans et les juifs, au Maroc, dans l'intimité des campagnes et des petites villes, se sont mutuellement enrichis et complètes.

Musee_dart_et_dhistoire_du_judaisme_Harrus_Paris
Archives Daniel Rodier
Harrus_Rodier
hARRUS_2
Juifs_de_Hakhamin_juifs_de_Mhamid_1954Juives_Ouarzazate_Harrus_Rodier
A.
Juifs de Hakhamin, de M'hamid, 1954
B. Juives de Ouarzazate
Harrus_Rodier_2Juifs_Tazenaght_Harrus
Juifs de Tazenakht
Juif_Harrus_cinemaanti-atlas.Elias_Harrus
A.
Pose pour le cinéma
B. Une juive de l'Anti-Atlas

1953_illigh_Anti_Atlas_Elias_Harrus.0
1953. Famille à illigh dans l'Anti Atlas
circoncision_Elias_Harrus_1950
1950. Une circoncision

Copyright

© 2008-2017 by Jacques Gandini. Tous droits réservés.

Si vous désirez reproduire nos textes ou nos photos, ayez l’amabilité de bien vouloir nous en demander l’autorisation. Dans tous les cas vous aurez obligation d’en indiquer l’origine.

Conception, réalisation, maintenance : Serre Éditeur, 23 rue de Roquebillière - F06359 Nice Cedex 4 (France)

Remerciements

Merci à Madame Balmigère, à Madame Decordier, à Monsieur Lafite, à Madame Kerhuel et à Pierre Katrakazos pour avoir accepté de mettre leurs archives familiales à disposition. Sauf indication contraire, les documents reproduits font partie des archives de l’auteur.