Les mines

La mine de Tiouine

Mis à jour : jeudi 3 janvier 2013 09:20

ou Srob, à 45 km de Ouarzazate sur la route de Tazenakht.

Aujourd'hui le site de la mine de Tiouite sert pour la construction, dans le foum, d'une retenue pour un futur barrage.

Tiouit_Mine3

Les premiers travaux de recherches sur le gisement de Tiouine ont commencé en 1929; l’exploitation a démarré vers 1932 par l’O.N.A. puis a été interrompue au bout d’un an. Elle ne sera reprise que le 29 août 1937, époque d’où sont issues les photos présentées (archives Decordier).

Mine2
Le khalifat du Glaoui en présence de l'embauche

Mine4
Mine5
Mine1
Le commandant Balmigère avec une équipe d'ingénieurs, dont André Moulinou d'Imini.

 

L’activité de Tiouine se poursuivit jusqu’en 1940 puis s’interrompit à cause de la guerre.
L’exploitation reprit au cours de l’hiver 1955-56. Au 1er janvier 1958, les réserves totales de Tiouine étaient estimées à 180.000 tonnes de minerai. Les travaux de recherches ont été conduits par sondages, longs trous dans toutes les directions.
En 1959, l’O.N.A. arrête les travaux sur tous les permis de manganèse qu’elle détient pour Tiouine, sauf sur deux concessions où l’exploitation a continué jusqu’en 1961 après épuisement du minerai.
A l’arrêt de la mine, 73.000 tonnes de minerai restaient sur le carreau, 17.750 à la gare de marrakech et 12.550 au port de Casablanca. La commercialisation du minerai fut confiée à la C.M.A. Compagnie Minière d’Agadir, qui put commercialiser l’ensemble des tonnages entre mars 1962 et octobre 1964.
2011. Une nouvelle compagnie minière française vient d'en reprendre l'exploitation.

Copyright

© 2008-2017 by Jacques Gandini. Tous droits réservés.

Si vous désirez reproduire nos textes ou nos photos, ayez l’amabilité de bien vouloir nous en demander l’autorisation. Dans tous les cas vous aurez obligation d’en indiquer l’origine.

Conception, réalisation, maintenance : Serre Éditeur, 23 rue de Roquebillière - F06359 Nice Cedex 4 (France)

Remerciements

Merci à Madame Balmigère, à Madame Decordier, à Monsieur Lafite, à Madame Kerhuel et à Pierre Katrakazos pour avoir accepté de mettre leurs archives familiales à disposition. Sauf indication contraire, les documents reproduits font partie des archives de l’auteur.