2e Guerre mondiale

Prisonniers allemands à Ouarzazate

Mis à jour : jeudi 20 septembre 2012 13:58

En décembre 1944, alors que la Seconde Guerre mondiale arrivait bientôt à son terme, près de 14 500 soldats allemands (et près de 12 000 soldats italiens) furent internés dans divers camps de prisonniers : 400 officiers à Ouarzazate principalement de l’Afrika Corps, 1500 sous-officiers à Ksar Es Souk, les autres troupes sur l'ensemble du territoire. Ces captifs, comme en 14-18, furent employés à des tâches d'intérêt général, encouragées par le gouvernement français. Ainsi à Casablanca, des prisonniers allemands et italiens travaillèrent pour les sœurs de l'orphelinat et à l'école de la Maison d'Anfa, et des centaines d'autres sur divers chantiers...

WW2_

 

Prisonniers_allemands
Prisonniers_allemands_verso
Un exceptionnel document : un groupe d'officiers allemands,
dont certains avec la croix de fer, posent pour une photo.
Le texte au verso est authentifié par le cachet du commandant du camp.


Pour les hommes de troupes, les conditions de détention au Maroc, et plus généralement en Afrique du Nord, furent plus mauvaises que durant la Première Guerre mondiale. Par exemple, à Bou Arfa, au Maroc oriental, plusieurs prisonniers moururent de la malaria à cause d'une eau insalubre ; partout les baraquements étaient décrits comme inhumains, la nourriture insuffisante, la discipline extrêmement sévère...

Comp
1945. Tirailleurs Marocains. Insigne de la Compagnie de garde des prisonniers guerre.


Certains des prisonniers moururent des suites de leurs blessures au combat, après avoir été rapatriés dans des hôpitaux au Maroc, d'autres décédèrent à cause des mauvaises conditions de détention. Dans ce contexte, la Légion étrangère recruta des prisonniers allemands au Maroc, heureux de fuir une captivité éprouvante et parfois un passé nazi encombrant !
Après la fin de la guerre, certains prisonniers, lors de leur libération, entre autres des Allemands et surtout des Italiens, furent embauchés à la mine d’Imini vu leur savoir faire de l’époque. Certains sont restés jusqu’à la retraite, d’autres sont partis au moment de l’indépendance du Maroc.


Un officier allemand, prisonnier à Ouarzazate, fut l’auteur d’une exceptionnelle carte de la région dessinée et aquarellée.
Plan_Ouarzazate_prisonnier_allemand


Panorama de Ouarzazate effectué par un officier allemand, prisonnier à Ouarzazate

Un jour, bien longtemps après la fin de la guerre, Dimitri a vu un ancien officier allemand, qu'il ne connaissait pas, lui remettre copie de ce plan qu'il avait effectué lors de sa détention, et ceci simplement en remerciements des services que ce dernier avait rendu aux prisonniers (en accord avec les autorités). Entre autres, en prenant en charge (rémunérée) l’élevage de cochons qui fut leur nourriture carnée de base.
A une époque, ces anciens officiers de l'Afrika Corps, prisonniers au Maroc, avaient un site internet sur le sujet (en allemand).

plan_allemand_2_copyplan_allemand_3plan_allemand_4

Je recherche des personnes ayant eu quelqu’un de leur famille en poste à Ouarzazate ou dans son “territoire”, autant militaire que civil. Si elles veulent témoigner, ce site est à leur disposition. Textes et photos seront les bienvenus. Évidemment votre participation passera sous votre nom.
Merci pour votre attention. Jacques Gandini.

Copyright

© 2008-2017 by Jacques Gandini. Tous droits réservés.

Si vous désirez reproduire nos textes ou nos photos, ayez l’amabilité de bien vouloir nous en demander l’autorisation. Dans tous les cas vous aurez obligation d’en indiquer l’origine.

Conception, réalisation, maintenance : Serre Éditeur, 23 rue de Roquebillière - F06359 Nice Cedex 4 (France)

Remerciements

Merci à Madame Balmigère, à Madame Decordier, à Monsieur Lafite, à Madame Kerhuel et à Pierre Katrakazos pour avoir accepté de mettre leurs archives familiales à disposition. Sauf indication contraire, les documents reproduits font partie des archives de l’auteur.