Les Kasbahs

Les rues du ksar de Taourirt

Mis à jour : mercredi 1 juin 2016 09:11
Intrieur_CadRue_Cad_1
De_Mazires_1932_Taourirt
1931. Une photo Gillot souvent utilisée

Touring_Club_1933
Taourirt_1935
Photo de 1935. La rue prise toujours sous le même angle
avec les deux tours de la Kasbah du caïd en arrière plan.

Henry Bordeaux. Extrait de : La revenante. Plon 1932, roman
Voyage de l'automne 1930

Le village indigène se dresse en face de la petite cité nouvelle, sur un mamelon, au-dessus de l’oasis. L’entrée en est souillée par toutes sortes d’immondices : cornes de vaches, sabots, entrailles. C’est là que les bestiaux sont abattus et l’on ne prend pas la peine de nettoyer la place. Le petit groupe pénètre dans le ksar par le mellah et il est aussitôt entouré par une tribu juive sortie du trou noir qui lui sert de demeure.
Ouarzazate_1
Kasbah_Taourirt_1950_D
Photo D.R. Cowles 1950

... Le groupe erre maintenant dans le quartier indigène. De tous côtés surgissent des négrillons. Le sang noir a envahi, comme dans presque tout le sud, la race berbère. Voici qu’une femme, sortant de son réduit, la goula sur l’épaule, pour se rendre à la fontaine, a reconnu l’infirmière. Elle lui baise la main et l’emmène dans sa demeure avec de grands témoignages d’amitié. Le patio découvert, avec les étables en bas pour les moutons et les chèvres noires, les chambres au premier étage, au-dessus la terrasse.

Ouarzazate_3

Pendant cette visite, la douïra s’est peuplée de femmes et d’enfants. Les femmes berbères qui ne se voilent pas se sont parées en hâte de leurs atours pour faire honneur à leurs hôtes : robes multicolores superposées, bijoux d’ambre, de corail, avec des sequins d’or ou d’argent, suspendus autour du cou comme des chapelets. Elles sont fières d’être si belles, noires ou brunes comme la nuit, courtes et lourdes et chargées d’une nuée de négrillons.
Juives_Ouarzazate_Harrus
Juives du mellah de Taourirt
Photo Elias Harrus

... C’est l’heure du soir et les femmes vont chercher de l’eau à l’oued. Il en passe de vieilles pareilles à des religieuses dans leur tunique bleu sombre, il en passe de noires qui sentent le Soudan, mais il en passe de toutes jeunes, au visage bronzé éclairé par de grands yeux, presque jolies, et des juives aux traits accusés. Le court crépuscule se reflète dans l’oued, dore les oripeaux de ce défilé de porteuses d’eau, les caresse avec la douceur des soirs de printemps.
Rue_Cad_2Kasbah_cad
Rue_cad_3Taourirt_copy
Kasbah_carte

 

François Bonjean. Extrait de : Au Maroc en roulotte. Hachette 1950
Voyage effectué en 1946-1947

Nous pénétrons dans la célèbre kasbah par la porte principale en même temps que le vent. Notre mokhazni, un Ouaouzguit de la montagne, voudrait nous emmener chez le khalifa. Notre insistance pour visiter la kasbah ruelle après ruelle paraît le contrarier. Comme tous les mokhaznis, il n’a de considération que pour les officiels en déplacement, escortés en grande pompe par les autorités locales; nous représentons du menu fretin; il n’a qu’une idée : se débarrasser de nous le plus vite possible. Nous faisons semblant de ne pas nous en apercevoir et nous nous attardons dans les ruelles en pente, sales, poussiéreuses, rendues glaciales par les rafales. Ânes, mulets, vaches encombrent le chemin. Il y a des “cagnards” où les gens se “soleillent” sur les seuils.
Taourirt_Sainte_Soline_5
Photo Rudolf Pestalozzi

Le tour du ksar est vite terminé. Le touriste qui a admiré de loin ce joyau de l’art berbère aura de la peine à prendre son parti du contraste entre l’extérieur et l’intérieur. Il sied à ce fils du “sombre occident” de considérer les marques de l’insouciance, du laisser-aller plein de bonhomie des habitants comme autant de signes. Cette misère qui se pavane ou sourit au milieu des décombres est pour nous un avertissement, une leçon peut-être toujours digne d’être méditée. “Il n’est pas au monde de plus pauvres splendeurs”, écrit magnifiquement Henri Terrasse. Pauvreté et grandeur sont, en effet, les pôles de la vie berbère : “La forme transfigure la matière, comme la poésie et le chant, la danse ont transfiguré de tout temps et continuant à transfigurer la vie quotidienne.
En 1939, la kasbah comptait environ 1300 habitants, dont 100 Berbères, 1000 Harratines, 20 Mrabitines Irougamène descendant d’un marabout  et 150 Juifs.

Taourirt_1936_juif
Vendeur juif dans le mellah. Archives Balmigère

Intrieur_cad_2_copy
Placette d'entrée

Cpt_Manjot_1939_1Cpt_Manjot_1939_2
1939. Visite du capitaine Manjot dans la kasbah

Ouarza_juifs_marche

Taourirt_couleurs
Ouarza_kasbah_caid

Copyright

© 2008-2017 by Jacques Gandini. Tous droits réservés.

Si vous désirez reproduire nos textes ou nos photos, ayez l’amabilité de bien vouloir nous en demander l’autorisation. Dans tous les cas vous aurez obligation d’en indiquer l’origine.

Conception, réalisation, maintenance : Serre Éditeur, 23 rue de Roquebillière - F06359 Nice Cedex 4 (France)

Remerciements

Merci à Madame Balmigère, à Madame Decordier, à Monsieur Lafite, à Madame Kerhuel et à Pierre Katrakazos pour avoir accepté de mettre leurs archives familiales à disposition. Sauf indication contraire, les documents reproduits font partie des archives de l’auteur.