Pour mémoire

Sidi Mohamed ben Youssef et la pacification

Mis à jour : mardi 4 juin 2013 08:15

Amis Marocains et autres jounalistes...

Regardez bien cette photo et lisez la dédicace que
Sa Majesté le Sultan
a faite au Général Huré

 

Sidi_Mohamed_V

La pacification

Il est évident que ce terme sonnera mal aux oreilles de beaucoup de Marocains ; cela se comprend. « Opérations d'unification » conviendrait mieux, car l'unifi-cation du Maroc, sous l'autorité du Sultan, était prévue par le Traité de Protectorat de 1912 et répondait au voeu jamais totalement réalisé, mais ardemment souhaité par tous les Sultans successifs : unifier le pays. Les soumissions et les ralliements des tribus dissidentes ont toujours été faites au nom du Sultan. Cependant le mot « pacification » peut convenir car les ordres émanant de Lyautey étaient de tout faire pour éviter l'emploi de la force en s'imposant par la parole, par l'appel à l'honneur et par la confiance, c'est-à-dire par une voie pacifique. Mais Lyautey savait aussi qu'un adversaire fort était respecté, que la force alliée au courage était estimée et même, - pourquoi ne pas le dire – aimée ; d'où cette maxime « Montrer sa force pour ne pas avoir à s'en servir ». Les officiers des Affaires Indigènes, dont c'était la mission, faisaient tout pour rallier les tribus sans effusion de sang. C'était ce qu'on appelait « l'action politique » et c'est pourquoi cette doctrine fut celle de la pacification.

 

Copyright

© 2008-2017 by Jacques Gandini. Tous droits réservés.

Si vous désirez reproduire nos textes ou nos photos, ayez l’amabilité de bien vouloir nous en demander l’autorisation. Dans tous les cas vous aurez obligation d’en indiquer l’origine.

Conception, réalisation, maintenance : Serre Éditeur, 23 rue de Roquebillière - F06359 Nice Cedex 4 (France)

Remerciements

Merci à Madame Balmigère, à Madame Decordier, à Monsieur Lafite, à Madame Kerhuel et à Pierre Katrakazos pour avoir accepté de mettre leurs archives familiales à disposition. Sauf indication contraire, les documents reproduits font partie des archives de l’auteur.